Pages

mardi 23 juillet 2013

Fusionner ou mutualiser, des histoires d'hommes et de femmes

Deux verbes qui sont loin d'être perçus de la même manière suivant que vous êtes banquier ou cadre, dirigeant ou salarié, d'opinions de droite ou de gauche, femme ou homme, ancienne ou nouvelle génération, entreprises multinationales ou start-up. Un peu comme si la gouvernance sortait des champs rationnels de l'analyse pour s'interdire certaines décisions vitales, sous les influences de l'idéologie. L'histoire de l'économie des pays montrent que le verbe Fusionner a fait partie beaucoup plus du vocabulaire de ces dernières décennies. Dans ma carrière professionnelle j'ai eu l'occasion de vivre des fusions et d'en observer les résultats de beaucoup. Et force de constater que la dimension de l'inter humain n'était jamais pris en compte. Et si cela est apparu à cour terme une bonne opération pour les actionnaires qui absorbaient leurs concurrents ou pour les banques qui empochèrent des commissions sans risque, les décennies suivantes montrèrent que les grenouilles qui ont voulu devenir plus grosses que le bœuf, sans bien tombés gravement malade. Et j'ai du mal à m'extraire de l'esprit qu'une des causes de la déconfiture de notre industrie Françaises soit la destruction du capital humain par la fusion. Force de constater qu'après avoir analysé les dégâts ocassionnés par les méthodes de fusion sur les entreprises, la mutualisation commence à faire des adeptes chez les dirigeants du CAC40 comme pour ceux des PME mais surtout des start-up qui en ont surtout montré la force et la souplesse à leurs aînés. Cela montre une fois de plus que les jeunes générations du 21 ième siècle ont bien plus à apporté que simplement le relais des anciens quand ceux çi voudront bien prendre leurs retraites. L'Inter générationnel est sans doute dans un monde à inventer et en constante évolution, un des meilleurs équilibres dans l'environnement sociétale et professionnel.

La mutualisation peut prendre bien des formes utiles tant dans l'environnement économique, qu'artistique, culturel, territoriale...
- Une bonne illustration est la décision de SFR et Bouygues Telecom qui veulent mutualiser leurs réseaux mobiles.
- Des contrats de destination' pour renforcer l'attractivité touristique de la France

Je vois bien le même modèle d'organisation permettre de rompre la solitude de l'entrepreneuriat et apporter des solutions probantes aux PME TPE de proximité sur les questions de croissance sur un même territoire ou à l'exportation, d'emplois partagés, de moyens internet en commun, de co-création de produits ou de services....Les réseaux sociaux numérques sont d'excellents moteurs de recherche des talents, mutualisables avec les vôtres. Parlons en tant que l'entrepris à du ressort. N'attendons pas que l'incendie se déclare pour prendre les décisions qu'impose un siècle en pleine évolution. Ne regardons plus à travers le verre à moitié vide.
Pensez vous que mutualiser c'est mieux que fusionner dans l'absolue ? Et particulièrement en période de crise ?
Avez vous des exemples de mutualisation inter entreprises à côté de chez vous ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

merci pour ce commentaire. Bonne journée.