Pages

lundi 8 novembre 2010

Les réseaux sociaux d'enprises. Oui mais pas sans son territoire et ses talents.

Depuis que les réseaux sociaux ont envahit nos espaces relationnels, beaucoup de dirigeants se demandent s'ils vont être obligé de subir ce tsunami ou pourront ils diriger son cours comme celui d'une rivière que l'on voudrait contrôler pour la détourner à son profit. Durant ces phases de réflexions organisées en commissions ou en comités internes sans fins, d'ailleurs rarement ressourcer d'accompagnement extérieur, de nombreux dirigeants prennent du retard à chercher à comprendre un phénomène sur lequel nous disposons d'aucun recul et où apprendre ensemble en avançant à son rythme semble être une des meilleures voies avec celles de repositionner l'humain et ses talents au coeur de l'entreprise, de son territoire et de son marché.

Lorsque j'utilise le le mot "Ensemble" je fais référence à une nouvelle forme d'organisation de la globalité des acteurs économiques internes de l'entreprise mais aussi à ceux d'un même territoire. Car alors comment expliquer, sans briser le lien avec le consommateur, que dans un monde où maintenant tout à chacun peut accéder à tous les réseaux de chez lui, seuls certains y auraient accès à partir de l'entreprise. Le phénomène des réseaux sociaux virtuels et réels est à mon sens bien plus qu'une simple évolution technologique ou organisationnelle mais sans doute une profonde révolution de nos modes de relations dont les effets s'insinuent dans tous les rouages de notre économie. Nous sommes encore loin d'en avoir exploré toutes les conséquences ni mesurer son impact.

Ne pas associer l'ensemble des collaborateurs d'une entreprise et les extraire de la construction de la communication interne et externe ou encore les soustraire de celle avec son territoire de vie serait sans doute un choix des plus risqué compte tenu des forces et des enjeux en présences. D'un autre coté impliquer l'ensemble, ne veut pas dire tous de la même manière, sur les mêmes supports, en même temps et vers les mêmes objectifs. Par ailleurs construire ensemble un réseau social d'entreprise en relation avec son territoire apparaît aussi être un fantastique espoir de renouveau d'un contrat social de nouvelle génération. Je vois par ce type de projet une piste pour renouer le dialogue, objectif indispensable à une époque où les liens dans l'entreprise se distendent et entraînent dos à dos les partenaires qui sont aussi des consommateurs qui parlent et recommandent sur le web.

Construire ensemble une route qui évolue en permanence est sans doute plus rassurant pour créer de l'envie de faire ensemble que de voir son entreprise s'interdire cette évolution ou s'enliser dans des luttes de pouvoir pendant que le monde change et s'organise en réseaux. Par ailleurs ne rien faire et penser que cela va passer me semble une attitude irresponsable face aux enjeu irréversibles. 

Durant des décennies nos organisations structurées en mode silos ont limité sans le savoir ou volontairement l'expansion des forces créatrices de l'entreprise et les combinaisons possibles avec les talents disponibles sur un même territoire. L'intelligence relationnelle n'était pas d'actualité ou encore inconnue. Elle est l'est devenue aujourd'hui accélérée par les technologies numériques et à même pris une des places centrales pour faire émerger l'énergie créatrice de valeurs que portent en elle cette révolution qui se développe à vitesse exponentielle dans le monde. Il ne tient qu'aux dirigeants d'accompagner cette révolution relationnelle pour la faire émerger dans l'entreprise plutôt que de tenter d'en profiter de l'extérieur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

merci pour ce commentaire. Bonne journée.